L’art à Vanier… au féminin!

L’art est omniprésent et Vanier en est la preuve! Peu importe où l’on regarde, on retrouve généralement une murale ou un monument riche en couleur et en signification culturelle.

Vanier attire les meilleurs talents d’au-delà de la région, transformant ainsi le quartier en destination de choix pour les artistes.

« Je suis constamment dans la communauté, même si je ne suis pas résidente, » affirme Jaime Morse.

Mme Morse, une artiste crie-métisse originaire de Lac La Biche, dit qu’elle a été attirée par Vanier dès son arrivée à Ottawa en raison du Centre Wabano. Depuis, son travail dans la région fait partie de sa carrière. Ce travail inclut la préservation des traditions véhiculées par les motifs métis perlés et à l’encre sur diverses peaux d’animaux et par l’art écailles de poisson, une forme d’art créée à partir d’écailles de poisson séchées qui peuvent être teintes et se recourber pour prendre l’apparence de pétales. Elle a aussi fondé Indigenous Walks, un organisme qui offre des randonnées guidées dans Ottawa dans une perspective autochtone – programme qu’elle aimerait élargir et offrir à Vanier.

De l’ensemble des œuvres et des enseignements que Jaime Morse a contribués à la communauté, celle qui la rend le plus fière est sa conception d’un passage à piéton à saveur autochtone qui consiste en des mocassins traversant la chaussée entre deux fleurs colorées. Elle espère un jour le voir sur le chemin Montréal devant le Centre Wabano.

“L’art a la capacité de nourrir le pouls d’une communauté qui pourrait autrement lutter pour rester en vie,”

L’Art « nourrit le pouls de la communauté »

Selon Mme Morse, il peut être difficile pour une femme de travailler dans l’industrie artistique, sentiment que partagent bien d’autres artistes. Veronique Roy, créatrice qui visite souvent Vanier elle aussi, est du même avis. Elle précise que les femmes reçoivent fréquemment un salaire inférieur à celui de leurs homologues masculins, ainsi que moins de marques de reconnaissance, d’où l’importance de travailler ensemble au sein d’une communauté soudée.  

« Nous devons reconnaître,  édifier et financer les femmes artistes, » précise Mme Roy, soulignant la façon dont Vanier  soutient et encourage les artistes. Durant sa carrière, Veronique Roy a travaillé avec une impressionnante gamme d’organismes comme KIND Space, House of PainT, Fierté dans la Capitale et le festival des cinéastes numériques Digi60. Elle affirme que c’est son travail dans des communautés comme Vanier qui est le plus important. 

« L’art a la capacité de nourrir le pouls d’une communauté qui pourrait autrement lutter pour rester en vie, » dit-elle. Elle ajoute que les quartiers comme Vanier qui intègrent l’art au moyen de murales extérieures et d’autres installations possèdent un esprit communautaire unificateur et un dynamisme qu’on ne trouve pas en banlieue. 

Veronique Roy a collaboré avec une autre artiste féminine, Mique Michelle, dont l’œuvre est bien en vue à Vanier sous forme d’une des plus grandes murales  d’Ottawa. La murale de quatre étages située sur le mur extérieur d’un immeuble de bureaux au 261, chemin Montréal honore l’histoire de la population inuite de  Vanier, ainsi que leurs expériences et apports au quartier et à la collectivité.

Fière résidente de Vanier, Mique Michelle défend l’idée d’abolir l’image négative du graffiti et de l’art urbain. Ce sont les œuvres comme la murale du chemin Montréal qui contribuent à combler l’écart en présentant couleur et créativité par l’entremise d’un tableau de style graffiti.

À titre d’artiste, Veronique Roy dit que le travail avec  d’autres artistes comme Mique Michelle peut être très inspirant. En tant qu’active promotrice des arts dans la ville, elle affirme que la force de la collectivité est la plus grande inspiration des artistes à Ottawa et qui travaillent à Vanier, inspiration, ajoute-t-elle, qui vient naturellement.

Selon elle, Vanier est sans prétention, à l’inverse  d’autres quartiers historiques d’Ottawa qui se sont vus radicalement transformés ces dernières années par de nouveaux projets d’urbanisme.

« Vanier a conservé son caractère, » de conclure Mme Roy.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.